Une chute après une petite maladresse, un coup, un choc contre une armoire ou la porte et, aussitôt, le bleu apparait. Les bleus, également appelés hématomes, sont des réactions naturelles après un coup ou un traumatisme. Généralement, les bleus peuvent être gérés sans crainte à domicile. Néanmoins, il existe des hématomes qui nécessitent une consultation chez le médecin. Voici tout ce qu’il faut savoir sur les bleus et, surtout, comment les soulager rapidement. 

Comprendre l’apparition du bleu

Également appelés ecchymoses, les bleus résultent généralement d’un traumatisme. Les scientifiques le définissent comme étant une accumulation de sang sous la peau. Les bleus sont généralement provoqués par un choc léger, une chute ou une contusion. Ils se caractérisent principalement par l’apparition d’une coloration de la peau, qui est surtout visible lorsqu’il s’agit de peaux blanches ou sensibles. Les bleus peuvent également s’accompagner d’une petite bosse localisée, celui-ci sera plus important en fonction de l’intensité du traumatisme. En principe, la quantité de sang qui s’est accumulée sera éliminée en plusieurs étapes. Chaque étape se marquera par le changement de la couleur du bleu au cours de son évolution. 

Dans quel cas s’alarmer pour un bleu ? 

Il faut savoir que dans certains cas, un simple bleu devrait vous alerter. Suivant sa localisation et, surtout, suivant les symptômes, il est parfois nécessaire de consulter un médecin. C’est le cas particulièrement si : 

  • Le bleu se trouve au niveau d’une articulation, et que celle-ci est douloureuse au point qu’il soit impossible de la bouger sans avoir mal. Généralement, dans ce type de cas, une radiographie est préconisée.
  • Le bleu fait suite à un coup à la tête ou d’un traumatisme crânien. Il est impératif de consulter un médecin dans ce cas, notamment s’il y a perte de connaissance, somnolence, vomissement ou autres changements de comportement. 
  • Le bleu apparait à des zones à risques comme le contour de l’œil ou les testicules. C’est également le cas si le bleu apparait sous les ongles, car il serait nécessaire d’évacuer le sang afin de soulager la douleur liée à l’augmentation de la pression. Il faut également consulter un médecin dans ce cas.

Il n’est pas rare que les parents paniquent lorsque bébé a un bleu. Pourtant, il n’est pas toujours nécessaire de consulter. Il faut se baser sur les mêmes symptômes pour évaluer le degré. Le cas échéant, il sera possible de les traiter comme tous les bleus sans risques. 

Nos 5 conseils pour soigner un bleu

Si le bleu est considéré comme sans risque, il est tout à fait possible de le traiter facilement chez soi avec quelques simples astuces : 

La glace 

Appliquer de la glace sur un bleu, à peine après s’être cogné, permet à la fois de diminuer la douleur en l’anesthésiant, mais aussi de limiter le gonflement et l’apparition d’une bosse. Pour cela, il est possible d’utiliser un pack chaud/froid réutilisable que vous pouvez conserver dans votre congélateur avant application. Il existe également des packs de froid instantané qui peuvent être emportés dans un sac de premier secours. Mais à la maison, des glaçons ou des objets froids peuvent également servir. Il faut toutefois l’envelopper d’un linge, avant de l’appliquer sur la peau. 

Le repos

Il s’agit de laisser au repos le membre, l’articulation ou la partie où il y a un bleu. Cela permet de limiter la douleur.

L’élévation

Dans le cas d’un traumatisme au niveau de la cheville ou de la jambe, une élévation de la jambe permettra de limiter le gonflement et, donc, l’apparition d’une bosse. Le principe est simple, élevez la partie qui a subi un traumatisme pour que le sang ne se concentre pas sur la zone.  

La contention

Le traitement par contention est généralement utilisé pour le cas des traumatismes musculaires, et celui-ci s’accompagne d’une mise au repos du membre ou de la partie douloureuse. Mettre la zone sous contention permet également de limiter l’apparition de bosse et, parfois, de diminuer la douleur. 

La phytothérapie 

Il n’est pas rare de retrouver également des produits de phytothérapie qui servent à traiter les bleus. C’est le cas de l’arnica Montana, qui s’utilise en infusion pour imbiber les compresses. Elle existe également sous d’autres formes, dont la crème d’arnica qui permet en plus de calmer la douleur, et d’éviter l’apparition de bleu. Par ailleurs, l’helichryse italienne s’utilise principalement sous forme d’huile essentielle ou de crème. Cette plante aide à diminuer les bleus et les gonflements, et peut même accélérer la cicatrisation d’une plaie. 

Retour haut de page