Un accident de la vie courante ou Ac-Vc est un traumatisme indépendant de la volonté de la personne. Il survient en dehors de la route, des heures de travail et n’a pas de relation avec l’emploi d’un salarié. Figurent dans la liste des Ac-Vc les accidents survenant à l’extérieur, les accidents domestiques, les accidents de vacances et les accidents de sport. En France, ces accidents de la vie courante sont, chaque année, sources de 5 millions de recours aux urgences et de plusieurs centaines de milliers d’hospitalisations. Les Ac-Vc causent également plus de 20 000 décès par an. Ils constituent aujourd’hui un des problèmes majeurs de la santé publique en France.

La prévention des Ac-Vc figure au cœur des priorités étatiques. Aussi, l’Etat a mis en place divers systèmes de surveillance épidémiologique. Ces derniers visent à établir des actions de prévention des accidents de la vie courante. Ils constituent également un outil de surveillance et de recueil d’informations. Les systèmes de surveillance permettent notamment d’avoir des informations sur le lieu, les circonstances des accidents, les produits en cause et l’ampleur de la blessure. 

accident-vie-courante

Les différents risques liés aux accidents de la vie courante

Les accidents de la vie courante se présentent sous 5 formes. Ils peuvent se traduire par des chutes, des incendies domestiques, des noyades, des traumatismes crâniens ou par la suffocation.

Les chutes

Ce sont des évènements qui, le plus souvent, se produisent à l’intérieur de l’habitation. Les chutes peuvent être causées par des objets usuels comme le tapis ou encore par manque de vigilance. Elles surviennent également au cours d’une activité sportive. Les dangers encourus par l’utilisateur d’un objet sont intégrés dans les textes relatifs à la sécurité des produits comportant des risques de chute. Ils sont par exemple pris en compte dans le décret relatif à la prévention des risques résultant de l’usage des lits superposés destinés à être utilisés dans les lieux domestiques ou en collectivité.

Les normes de l’Association Française de Normalisation (AFNOR) prennent également en compte les risques de chute dans l’usage de divers objets. Tels sont les cas des chaises hautes, des bicyclettes ou encore des dispositifs à langer. Pour limiter les risques de chutes, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) effectue des contrôles de sécurité sur les produits. Ils sont réalisés au cours de la fabrication, de l’importation et de la distribution. En cas de non-conformité ou de risque, les produits reconnus dangereux sont retirés du marché ou saisis. 

accident-vie-courante

les incendies domestiques

L’incendie est la deuxième cause de mortalité liée à un accident domestique chez les enfants de moins de 5 ans. Ce sont surtout les appareils électriques, les meubles rembourrés et les installations de chauffage qui sont mis en cause dans ce contexte. Afin de limiter les risques d’incendie ou de brûlures, plusieurs textes réglementent les appareils ou produits à risques. Sont concernés par cette réglementation les sapins floqués, les barbecues électriques et les appareils mobiles de chauffage. Chaque année, les pouvoirs publics réalisent une campagne de prévention des incendies domestiques. Divers acteurs de la santé publique comme les sapeurs-pompiers, le ministère de la Santé et les représentants des victimes d’incendie interviennent à cet effet. La campagne est relayée par les mass-médias, à travers des dépliants ainsi que des affiches. Elle vise surtout à informer la population sur les bons gestes à adopter pour éviter les incendies. 

accident-vie-courante

les noyades

La noyade est la première cause de mortalité des enfants victimes d’accident domestique. Elle se manifeste par une asphyxie liée à la pénétration d’eau dans les voies aéro-digestives. La noyade est en général suivie d’un décès. Ceux qui survivent sont en revanche atteints de lourdes séquelles. Les principaux lieux de noyade sont les cours d’eau, la mer, les plans d’eau et les piscines. En France, la multiplication du nombre de piscines et les conditions climatiques influent sur la fréquence des noyades. Pour limiter ces dernières, les pouvoirs publics mènent chaque année des campagnes de sensibilisation. Celles-ci se concentrent surtout sur des conseils de prévention, notamment l’apprentissage de la natation aux enfants, l’utilisation d’un maillot de bain flotteur… Les autorités publiques recommandent également l’installation de barrière de sécurité ou encore de couverture pour la piscine.

accident-vie-courante

les traumatismes crâniens

Ces traumatismes sont principalement liés aux accidents à vélo. La tête de la victime est touchée une à trois fois, selon les circonstances de l’accident. Deux tiers des accidents surviennent chez les enfants de moins 15 ans. Selon les statistiques, trois décès sur quatre en cas d’accidents à vélo sont causés par un traumatisme crânien. Aussi, le port de casque est vivement conseillé pour des questions de sécurité. Cette précaution concerne notamment les cyclistes ainsi que les individus qui pratiquent de la glisse urbaine. Elle permet de réduire jusqu’à 80 % la gravité du traumatisme. Au même titre que tous les Ac-Vc, les traumatismes crâniens font également l’objet d’une campagne de prévention. À l’occasion, les autorités publiques sensibilisent la population sur le port du casque, tant pour le vélo que pour les sports d’hiver.

À noter que le choix du casque doit se baser sur certains critères. Il faut que celui-ci soit léger, rigide, ventilé et capable d’absorber les chocs. Le casque doit également correspondre à la morphologie de celui qui le porte.

accident-vie-courante

la suffocation

Cet accident de la vie courante est causé par la mise en bouche accidentelle d’objets. Il est surtout courant chez les seniors et les enfants. Ces personnes subissent une obstruction des voies respiratoires. L’accrochage de cordons de vêtements constitue un des facteurs de suffocation. Ces risques d’accident sont présents dans les textes encadrant les produits destinés aux enfants et les articles de puériculture. Les textes fixent les dimensions que doivent avoir les éléments détachables afin que les enfants ne les avalent pas pendant qu’ils jouent. Les risques de suffocation s’intègrent également dans les normes sur les vêtements pour enfants. Pour prévenir les accidents par suffocation, les pouvoirs publics effectuent chaque année des contrôles spécifiques sur les articles de puériculture et les jouets. 

accident-vie-courante

Les conseils pour sécuriser l’environnement

Les accidents de la vie courante sont tout à fait évitables. Il faut, à cet effet, sécuriser son habitation avec des gestes simples :

  • Assurer un bon éclairage pour éviter les risques de chute ;
  • Installer des plaquettes antidérapantes dans le bac à douche ou la baignoire ;
  • Installer des rampes d’escalier ;
  • Choisir des sols non glissants comme les moquettes ;
  • Bien fixer les tapis pour éviter les glissades ;
  • Multiplier le nombre de téléphones dans l’habitation pour pouvoir appeler les secours rapidement ;
  • Bien fixer les fils électriques des appareils sur les murs…

Pour le cas des incendies, il faut également adopter les bons réflexes. S’il se déclare chez soi, il faut évacuer la maison et fermer la porte de la pièce en feu. Une fois dehors, les occupants doivent appeler les pompiers. 

Les trucs en plus

En attendant les secours, il est tout aussi possible de réaliser les gestes de premiers secours. Pour cela, le ménage devra disposer d’une trousse de secours. Celle-ci contient l’essentiel pour soigner les blessures jusqu’à ce que les secouristes arrivent au chevet de la victime d’accident. Pour le cas des incendies, disposer d’un extincteur à la maison est recommandé. Il permet d’éteindre ou, du moins, de limiter la propagation du feu. Néanmoins, les occupants de l’habitation doivent toujours évacuer la pièce où le feu est déclaré pour éviter la suffocation.

Retour haut de page