Arrêt cardiaque, comment réagir ?
La réanimation cardio-pulmonaire (RCP) ou réanimation cardio-respiratoire (RCR) est une technique visant à rétablir l’oxygénation des organes chez une personne inconsciente. C’est un ensemble de procédés combinant les méthodes de compression thoracique et de ventilation artificielle en vue de relancer l’activité cardiaque de la victime lors d’un arrêt cardiaque.

Identifier la situation nécessitant une intervention

La RCP s’applique en urgence lorsqu’une personne est en proie à un arrêt cardiaque, et manifeste les cas suivants :

  • un état d’inconscience : aucune réaction spontanée, ni au toucher, ni à la parole ;
  • aucun signe de respiration, ni par son nez, ni par sa bouche ;
  • une respiration anormale et avec beaucoup de difficultés.

Précaution à prendre avant d’agir

Selon l’âge et l’état de la victime, certaines dispositions sont essentielles à connaître avant de réaliser une RCP :

  • placez la victime sur une surface horizontale
    Si elle respire, allongez-la sur un plan dur, en position latérale de sécurité (sur le côté, tête en arrière, bouche ouverte vers le sol). En l’absence de respiration, placez-la sur le dos.
  • appelez le plus vite possible les secours
    Composez le 15, le 112 ou le 144, en leur indiquant l’âge, le sexe de la victime, son état et l’adresse.
  • aérez la victime
    Débarrassez-la des habits trop serrés.
  • demandez si des appareils tels qu’un défibrillateur ou un insufflateur sont disponibles à proximité des lieux, afin de réanimer le cœur en urgence.

Libérer les voies aériennes

Lors d’une RCP, veillez à libérer les trois parties suivantes chez la victime :

  • son cou, en dégrafant le col de son chemisier, en enlevant sa cravate ou un habit trop serré
  • sa bouche, pour s’assurer qu’aucun corps étranger ne gêne l’intérieur (dentier ou autre)
  • sa tête, en la basculant doucement vers l’arrière.

Le massage cardiaque ou compression thoracique

Une fois les voies aériennes libérées, réalisez un massage cardiaque de la manière suivante :

  • Placez-vous à la hauteur des épaules de la victime afin de déterminer le milieu de son sternum ;
  • Placez-y vos deux mains, entrecroisées, l’une en dessous de l’autre ;
  • Poussez rapidement vers le bas de l’ordre de 3 à 4 cm, votre bras bien tendu et votre coude bloqué, puis laissez remonter.

Procédez à une vitesse de 2 compressions par seconde, ou 3 cycles par minute. Faites une pause et vérifiez sa respiration ou son pouls pour arrêter le massage.

La ventilation artificielle

Ce sont les techniques du bouche-à-bouche ou du bouche à nez. Le secouriste insuffle de l’air à l’intérieur de la victime, à travers sa bouche ou son nez, comme suit :

  • agenouillez-vous à la hauteur de ses épaules ;
  • maintenez sa tête en arrière afin de libérer les voies aériennes ;
  • pincez son nez entre votre pouce et votre index afin que l’air insufflé n’y ressorte pas ;
  • inspirez profondément, puis plaquez votre bouche contre la sienne pour lui insuffler l’air ;
  • répétez le geste 2 fois.

    Alternez ces 2 insufflations de 30 compressions thoraciques.

Les variantes pour un enfant entre 1 et 8 ans

Pour un enfant en bas âge, le rythme de massage doit être d’une vitesse convenable, ni trop rapide, ni trop lent :

  • Mettez-vous à ses côtés, bien en vertical par rapport à sa poitrine, après avoir dévêtu cette partie.
  • Recherchez, par votre majeur, le creux situé en haut du sternum, à la base de son cou. Par le majeur de votre autre main, repérez le creux où ses côtes se rejoignent, en bas du sternum.
  • Juste en dessous de cet endroit, appuyez par le talon d’une de vos mains en suivant la ligne médiane. Veillez à ne jamais appuyer sur les côtes. Relevez ensuite vos doigts en laissant juste le talon de votre main en contact.
  • Réalisez 1 insufflation entre 5 compressions.

Les variantes pour un nourrisson (– 1 an)

Pour un nourrisson :

  • allongez-le sur le dos et dénudez sa poitrine ;
  • englobez la bouche et le nez du nourrisson pour réaliser en même temps les techniques du bouche-à-bouche et du bouche à nez ;
  • insufflez délicatement afin de voir sa poitrine se soulever, mais refaites le geste autant que possible.

Risques

Le secourisme ne s’improvise pas puisque la vie de la victime est en jeu. Si vous n’êtes pas sûr, il est préférable d’attendre l’arrivée des secours.

Il existe des dispositifs propres à une RCP, notamment les gants, le masque de poche, l’ensemble gant/masque, ou la feuille de protection, afin d’accompagner cette technique.

#arrêt #cardiaque #secours #réanimation #formation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour haut de page