Les fractures et les entorses sont des lésions susceptibles de causer douleur et enflure. Avec 6 000 cas enregistrés par jour, l’entorse s’avère plus fréquente que la fracture. Quoi qu’il en soit, il existe quelques gestes à adopter pour soulager la douleur et accélérer la guérison. Faut-il réagir de la même façon face à une fracture ou une entorse ? Puisqu’il s’agit de deux blessures bien différentes, il faut choisir le traitement adapté à chaque cas.

Reconnaitre une fracture et une entorse

Qu’est-ce qu’une fracture ?

On parle de fracture lorsqu’un os ou un cartilage dur subit une cassure. La cause peut consister en un traumatisme direct ou indirect. Très souvent, la fracture osseuse survient suite à un accident comme une chute, un choc ou une torsion. D’une manière générale, l’os se casse lorsqu’elle subit une pression importante.

Une fracture s’accompagne parfois d’une ou de plusieurs autres lésions comme le syndrome des loges, les atteintes des vaisseaux sanguins et des nerfs. Même si elles guérissent bien en général, une consultation médicale précoce reste indispensable.

Les médecins peuvent parfois établir un diagnostic juste en analysant les symptômes ainsi que les circonstances de l’accident. Mais il reste toujours plus sûr de recourir à la radiographie aux rayons X. La nature de la prise en charge dépend ensuite du type de fracture et de sa gravité.

Qu’est-ce qu’une entorse ?

Une entorse représente une lésion souvent bénigne qui se définit par un étirement ou une déchirure d’un ou de plusieurs ligaments d’une articulation. Il peut s’agir d’une entorse de la cheville, d’une entorse du genou, d’une entorse du poignet, d’une entorse du coude, d’une entorse des doigts ou d’une entorse des orteils. Un ligament est un faisceau de tissu fibreux de couleur blanchâtre, légèrement extensible mais très résistant. Son rôle consiste à unir deux os entre eux. Il assure ainsi une stabilité à chaque articulation.

Parmi les symptômes les plus courants de l’entorse, nous pouvons citer la douleur, l’enflure et la difficulté à bouger la zone lésée. Si vous parvenez toujours à bouger votre articulation et même prendre un appui sur celle-ci, vous souffrez simplement d’une entorse légère. En revanche, si vous ne pouvez plus accomplir ces deux gestes, allez tout de suite consulter un médecin. Si ce dernier suspecte une fracture, une radiographie devient indispensable. 

Les différentes fractures et comment réagir

On distingue trois grands types de fractures osseuses :

  • La fracture fermée ou fracture simple : lorsque la cassure osseuse ne cause aucune blessure extérieure. Autrement dit, la peau reste intacte.
  • La fracture ouverte ou fracture composée : lorsque l’os cassé déchire la peau. La blessure s’avère donc plus grave et on peut apercevoir l’os fracturé de l’extérieur. Ce type de fracture implique un risque d’infection.
  • La fracture de fatigue ou fracture de stress : une mince fissure osseuse due à une surcharge pondérale ou à une fatigue musculaire importante.

En général, les membres sont les plus touchés mais tous les os du corps peuvent se fracturer ou se fissurer : le crâne, le coude, la clavicule, le nez, etc. Chez les sportifs de haut niveau dont les marathoniens, la fracture de fatigue du pied reste très courante.

Quelle que soit nature de la fracture, il faut se rendre vite à l’hôpital. Selon la zone fracturée, l’appel à une ambulance et l’admission aux urgences peuvent s’avérer nécessaires.

Le premier réflexe consiste en une immobilisation de l’os fracturé pour soulager un peu la douleur et éviter les risques de complication. Pour une fracture fermée, il faut limiter les mouvements autant que possible, surtout au niveau de la partie concernée. S’il s’agit d’une jambe ou d’un bras fracturé, le médecin peut mettre du plâtre pour faciliter l’immobilisation durant le processus de guérison.

En cas de fracture ouverte, il ne faut pas bouger jusqu’à l’arrivée des secours. La personne qui accompagne la victime peut nettoyer la plaie avec des compresses stériles ou des lingettes de premiers secours en entendant l’ambulance. Cela permet de réduire les risques d’infection.

Par ailleurs, la fracture de fatigue est plus facile à traiter. Elle guérit totalement au bout d’environ 3 mois si le patient s’abstient de l’activité qui a causé la fissure osseuse. Le médecin prescrit généralement des antalgiques pour calmer la douleur. Des séances de kinésithérapie peuvent aider à retrouver la forme plus rapidement.

Les différentes entorses et comment réagir

On distingue également trois types d’entorses :

  • Les entorses légère ou foulure : lorsqu’un étirement des ligaments entraine une douleur assez supportable qui s’intensifie quand l’articulation est sollicitée.
  • Les entorses modérée : lorsqu’un étirement ligamentaire s’accompagne d’une déchirure partielle. La douleur se montre plus prononcée et permanente.
  • Les entorses grave : lorsque le ou les ligaments sont totalement rompus. Dans un cas extrême, le tendon peut se détacher de l’os, arrachant ainsi un petit morceau d’os.

En cas d’entorse légère, la prise en charge s’appuie sur les soins autoadministrés à domicile. Il faut se reposer pour donner à l’articulation blessée le temps de se rétablir. S’il s’agit d’une entorse de la cheville ou d’une entorse des genoux, l’utilisation d’une béquille est conseillée. L’application de glace peut aider à calmer la douleur.

Pour les entorses modérées, vous pouvez voir un médecin pour qu’il vous prescrive des antalgiques. Le traitement à domicile est le même que pour une foulure. Toutefois, la guérison prend naturellement plus de temps. Vous pouvez entourer l’articulation d’une bande extensible pour mieux la maintenir.

Si vous souffrez d’une entorse grave, il faut consulter un docteur et procéder à un examen médical. Il faut éviter de solliciter la zone blessée autant que possible. Le médecin peut aussi mettre un plâtre pour immobiliser l’articulation durant environ 2 semaines. Le port d’une attelle aide à préserver la souplesse et la puissance de l’articulation.

CONCLUSION

TYPE DE LÉSIONCOMMENT RÉAGIR
Fracture ferméeImmobiliser l’os fracturé. Appeler une ambulance ou se faire emmener à l’hôpital par un proche.
Fracture ouverteImmobiliser l’os fracturé. Appeler et attendre les secours. Nettoyer la plaie avec des compresses stériles ou des lingettes de premiers secours.
Fracture de fatigueÉviter les efforts physiques jusqu’à la guérison (environ 3 mois) Prendre des antalgiques pour soulager la douleur. Suivre des séances de kinésithérapie (facultatif).
Entorse légèreProcéder aux soins à domicile. Ne pas solliciter l’articulation touchée. Appliquer de la glace pour soulager la douleur. Porter une béquille s’il s’agit d’une entorse de la cheville ou des genoux.
Entorse modéréeConsulter un médecin qui prescrira des antalgiques adaptés (facultatif). Procéder aux soins à domicile. Ne pas solliciter l’articulation touchée. Appliquer de la glace pour soulager la douleur (si le patient ne prend pas des antidouleurs). Utiliser une bande extensible. Porter une béquille s’il s’agit d’une entorse de la cheville ou des genoux.
Entorse graveConsulter un médecin. Faire un examen médical. Ne pas solliciter l’articulation lésée. Le médecin peut mettre un plâtre selon la zone concernée. Porter une attelle.
Retour haut de page