Les douleurs thoraciques désignent les douleurs ou sensations inhabituelles et pénibles localisées au niveau de la poitrine, et plus précisément, dans la zone du thorax. Pouvant être chroniques ou survenir brusquement, ces douleurs doivent toujours être considérées, car elles peuvent être le signe avant-coureur d’un infarctus. Reconnaître les douleurs qui requièrent une prise en charge d’urgence est alors primordial. Dans tous les cas, pour éviter le pire, il est toujours nécessaire de demander un avis médical après la survenue d’une douleur thoracique.

Douleurs thoraciques : les gestes à adopter pour soulager - Medisafe Blog

Les signes à repérer       

Face à une douleur à la poitrine, il faut savoir reconnaître les signes qui indiquent une cause vasculaire ou cardiaque. Citons tout d’abord les caractéristiques de la douleur proprement dite, elle :

  • est brutale, intense et serre la poitrine;
  • est dure plus de cinq minutes et persiste même au repos;
  • ne disparaît ni spontanément ni après la prise de médicament pour une personne qui suit un traitement (exemple : trinitrine pour le traitement d’une angine de poitrine);
  • se propage vers la mâchoire, les bras, le cou, le dos et l’abdomen;
  • devient vive lorsque la personne respire.

Vous pouvez également repérer la gravité d’une douleur thoracique quand la victime présente les signes suivants :

  • elle est essoufflée et pâle;
  • la victime présente des sueurs;
  • elle a des nausées, ressent des angoisses et des vertiges, et peut même s’évanouir;
  • se sent très faible;
  • elle a un rythme cardiaque anormal ou rapide.

Lorsque plusieurs de ces symptômes sont associés, la situation est qualifiée d’urgence.

Douleurs thoraciques : Les causes possibles

Il existe différentes pathologies qui peuvent être à l’origine d’une douleur thoracique. L’on peut citer :

  • Les pathologies cardio-vasculaires

Ce sont d’ailleurs les causes les plus préoccupantes, avec les pathologies pulmonaires. Parmi les pathologies cardio-vasculaires, il y a l’infarctus du myocarde ou crise cardiaque. Elle provoque une douleur brutale et intense, et nécessite une intervention rapide des secours.

Puis, l’angine de poitrine ou angor qui est une insuffisance d’irrigation du sang dans le cœur. Ceci provoque une douleur en étau, qui apparaît généralement après un effort. Cette douleur s’irradie vers le cou, les bras ou épaules et les mâchoires.

Sinon, une péricardite peut aussi être à l’origine d’une douleur à la poitrine. Cette inflammation du cœur se manifeste souvent par une douleur s’aggravant lors de l’inspiration.

  • Les pathologies pulmonaires

Différentes maladies pulmonaires peuvent causer une douleur thoracique. Citons entre autres la pneumonie, la pleurésie, l’embolie pulmonaire et l’abcès au poumon. Les plus graves étant l’embolie pulmonaire, entraînant des douleurs violentes qui s’aggravent pendant la respiration. Les pneumopathies infectieuses provoquent quant à elle des douleurs violentes suivies d’un syndrome fébrile.

Enfin, la plèvre ou douleur pleurale cause aussi des douleurs violentes allant jusqu’à l’épaule.

  • Pathologies du squelette et traumatisme

Il s’agit surtout des traumatismes récents causant des fractures de côtes. Mais les douleurs thoraciques peuvent aussi être causées par une tumeur osseuse, un tassement vertébral ou une atteinte des muscles thoraciques.

  • Pathologies psychiatriques

L’anxiété, les crises de panique et la somatisation peuvent également être à l’origine de ces douleurs.

  • Autres pathologies

D’autres pathologies insoupçonnées peuvent aussi provoquer les douleurs à la poitrine. Il s’agit de la névralgie intercostale, de la fibromyalgie, de la méningoradiculite et du zona pour les pathologies neurologiques. N’oublions pas les pathologies organiques telles que les maladies du sang et les maladies abdominales d’origine pancréatique, ulcéreuse, hépato-biliaire ou colique.

Comment agir ?

Si vous êtes face à une personne qui souffre de douleurs thoraciques et êtes certains que des signes cités plus haut se manifestent, vous devez rester calme et agir prudemment. Votre premier réflexe serait alors d’alerter les secours – soit le SAMU au 15, soit les Pompiers au 18 – ou le médecin traitant du malade.

En attendant que la victime soit prise en charge, placez-la en position demi-assise. Vous pouvez notamment l’asseoir et l’adosser contre un mur. Cette position va permettre à la victime de se détendre et de dégager ses voies aériennes. Surveillez-la pour qu’elle ne fasse pas de mouvement inutile, car cela va décontracter son cœur.

Si elle s’évanouit, mettez-la en position latérale de sécurité : sur le côté, tête en arrière, bouche ouverte et conduite vers le sol. Il convient de rappeler par ailleurs qu’il ne faut jamais laisser sur le dos une personne qui perd connaissance et qui respire. En effet, elle risque de s’étouffer, car sa langue ou d’éventuels vomissements peuvent boucher ses voies respiratoires. Puis, si la victime cesse de respirer, pratiquez un bouche-à-bouche. Enfin, si sa respiration ne revient pas et qu’elle n’a plus de pouls, faites un massage cardiaque.

Plus d’infos

La douleur ressentie ne correspond pas aux signes d’alerte évoqués plus haut ? Vous n’êtes pas pour autant tiré d’affaire ! Les symptômes peuvent en effet se rapporter à des pathologies potentiellement graves. Il peut s’agir par exemple, d’un problème de paroi de la cage thoracique ou d’organes proches de celle-ci. Dans tous les cas, l’analyse de la douleur est requise : comment se manifeste-t-elle ? A quel moment se déclenche-t-elle ? Quand est-elle survenue pour la première fois ? Que prenez-vous pour calmer la douleur ? La consultation de votre médecin traitant vous permettra de déterminer son origine et de la traiter à temps.

#douleur #thoracique #formation #information #urgence

Retour haut de page