Une entorse peut vite arriver, suivie d’une douleur insoutenable. Les causes peuvent être nombreuses : marche en terrain accidenté, tension brutale au niveau de la cheville, sollicitation excessive de l’articulation, effort physique sans échauffement préalable, etc. Dans tous les cas, une entorse de la cheville n’est pas à prendre à la légère. Voici en quelques lignes les réflexes à adopter en cas d’entorse.

foot-994136_1920

Qu’est-ce qu’une entorse ?

Une entorse est une lésion des ligaments d’une articulation. Les ligaments, qui sont résistants, mais peu élastiques, sont des bandes de tissus fibreux qui lient les os entre eux. Un ou plusieurs de ces derniers peuvent subir une élongation, se déchirer ou même se détacher de l’os suite à un faux mouvement ou un choc.

L’entorse survient le plus souvent au niveau de la cheville et peut concerner aussi bien les sportifs de haut niveau qu’un individu lambda, jeunes et moins jeunes. La blessure peut être plus ou moins grave, allant de la simple foulure à la rupture complète des ligaments. La douleur qui en découle peut varier ainsi de douleur désagréable à insoutenable.

Entorse légère

On peut également parler de foulure lorsque l’entorse est légère. L’articulation est douloureuse et gonfle dans les 24 heures après la torsion. Aucun « bleu » n’apparait et les mouvements restent possibles, même si les ligaments restent douloureux (douleur supportable).

Entorse modérée

En cas d’entorse modérée, l’articulation est très douloureuse et les mouvements sont limités, mais restent possibles. Les ligaments sont partiellement déchirés, ce qui provoque le gonflement de la cheville quelques heures plus tard, accompagné d’une ecchymose.

Entorse grave

On parle d’entorse grave lorsque le ligament ou les ligaments touchés sont complètement déchirés. La douleur est dans ce cas insupportable et il est très difficile pour le blessé de bouger l’articulation. Si c’est sa cheville qui est touchée, il lui est pratiquement impossible de marcher. Le gonflement survient en quelques minutes suivi d’une ecchymose bien visible.

Quels sont les premiers soins à appliquer ?

Que l’entorse soit légère, modérée ou grave, les proscriptions restent les mêmes : éviter de masser la partie touchée et ne pas y appliquer de la chaleur.

En cas d’entorse modérée et grave, appliquer le principe du RGCE, soit le repos, la glace, la compression et l’élévation. Ce qui évitera les complications et permettra à l’articulation de se rétablir plus rapidement.

Repos

Si la douleur est très prononcée, il est conseillé d’immobiliser la cheville. Cette phase ne doit cependant pas excéder 72 heures au risque d’ankyloser l’articulation. Les mouvements sont même indiqués pour favoriser la guérison. Exceptionnellement et selon la gravité de la blessure, le médecin peut prescrire une immobilisation de longue durée.

Glace

Le froid permet de stopper rapidement le gonflement de l’articulation, de soulager la douleur, de resserrer les vaisseaux sanguins et donc de réduire les éventuels saignements suite aux déchirures. Placer ainsi une vessie de glace ou un pack de froid instantané contre la zone touchée. La poche sera fermement maintenue à l’aide d’une bande de strap. Du Tensoplast permettra notamment de supporter la poche avec suffisamment de compression tout en favorisant la circulation sanguine. L’application de la glace ne doit pas dépasser un quart d’heure.

Compression

Afin de réduire l’enflure, il est conseillé de bander l’articulation à l’aide d’une bande adhésive résistante et élastique comme le Leukotape K bleu. Ce dernier fera disparaitre plus rapidement l’ecchymose tout en soutenant l’articulation. Il favorise également le drainage lymphatique. Sa mise en place est aisée puisqu’il se colle directement autour de la cheville.

Elévation

Pour soigner la cheville touchée, elle doit être maintenue en surélévation, au-dessus du niveau du cœur. Pour ce faire, s’allonger environ 2 à 3 heures chaque jour avec un oreiller positionné sous le pied afin de le placer en hauteur. L’élévation aidera à diminuer progressivement le gonflement et à réduire la douleur.

Voici quelques conseils pour une reprise sportive sans risques

Afin d’éviter les récidives et pour une meilleure récupération après une entorse, voici quelques conseils et recommandations qui peuvent vous être utiles.

La première règle est de respecter le temps de repos nécessaire aux ligaments pour se rétablir. Ensuite, il ne faut jamais céder à la tentation de masser la zone touchée ou d’y appliquer de la chaleur.

Après une entorse, il est toujours possible de reprendre les activités sportives. Toutefois, il ne faut pas forcer, la reprise progressive est de rigueur. Au besoin, on peut utiliser une orthèse ou un « taping » pour aider à soutenir l’articulation durant les exercices.

Avant chaque exercice, et uniquement lorsque l’articulation aura retrouvé sa mobilité et sa capacité, il est conseillé d’appliquer dessus des produits spécialement conçus pour prévenir les entorses. Il existe d’ailleurs toute une gamme d’huiles et de crèmes, à appliquer en massage, qui vous permettra de préparer vos muscles avant toute activité sportive et de limiter ainsi les risques de foulure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour haut de page