Le terrorisme est désormais une triste réalité qui frappe de nombreux pays, et la France en fait partie. Aujourd’hui, les attaques terroristes revêtent plusieurs formes, variant profondément leurs natures. Le terrorisme a aussi largement dépassé certaines frontières auxquelles il était limité, atteignant même le territoire français. C’est dans ce contexte que depuis 2015 l’État français a mis en place des mesures pour endiguer ce fléau. Un projet de loi présenté en Conseil des ministres en novembre 2014 a été promulgué et suivi d’un décret d’application en 2015. Manuel Valls, Premier ministre à l’époque, a également annoncé le renforcement des moyens humains et matériels mis en œuvre. Depuis, des renforcements et des améliorations ont été effectuées pour tuer dans l’œuf de tels actes terroristes, de telles attaques terroristes.

Attaque terroriste : Être prêt en cas d'attaque terroriste - Medisafe

Pour une meilleure protection des Français

Depuis 2015, pour faire face à l’évolution continue des actes terroristes, l’État a adopté des mesures de protection. À la suite des attentats de début janvier 2015, le gouvernement a renforcé les mesures de sécurité du territoire. Le plan Vigipirate incarne l’une des dispositions de hauts niveaux qui ont été adoptées. L’État a renforcé la mobilisation des forces armées sur le territoire national. Il a également déployé plus de 10 000 militaires dans l’Hexagone et principalement dans les zones sensibles.

Une autre mesure prévoit le renforcement et la pérennisation de l’opération baptisée Sentinelle. De fait, l’effectif des militaires durablement en action sur le territoire passera à 7000. Cet effectif vient grossir les rangs des forces de l’ordre, incluant les policiers et les gendarmes. L’Etat a également décidé de créer chaque année 500 postes depuis 2012. Cette décision permettra de combler la perte de 13 000 emplois entre 2007 et 2012 dans la police et la gendarmerie.

Des mesures juridiques ont été mises en place dont la loi du 13 novembre 2014 et ses décrets d’application datant de janvier 2015. Ceux-ci prévoient notamment l’interdiction de sortie du territoire des ressortissants français projetant de participer à des activités terroristes à l’étranger. L’Etat a également renforcé le blocage des sites attisant les actes terroristes. Un nouveau décret, en renfort à celui-ci, visera le déréférencement de ces sites des moteurs de recherche. Toutes ces mesures ont permis d’identifier certaines personnes liées aux réseaux terroristes, et par conséquent à surveiller.

Être prêt en cas d'attaque terroriste - Medisafe

Un nouveau contexte depuis 2017

En 2018, en France, le PACT vient renforcer l’arsenal déjà existant. C’est le troisième du genre après le PLAT en avril 2014 et le PART en 2016. Selon le Premier ministre Édouard Philippe, le caractère meurtrier et fortuit des récents attentats exige que l’état ajuste ses actions. Ainsi, le PACT vient rajouter 32 nouvelles mesures, auxquelles vient se greffer la loi SILT promulguée en automne 2017. Selon le Premier ministre, la neutralisation de nombreux chefs des réseaux terroristes a permis d’affaiblir les attentats prévus. Malgré tout, les menaces venant de l’intérieur demeurent élevées.

Les chiffres des autorités en 2016 indiquaient 9300 personnes concernées par la radicalisation violente. En 2 ans, ce chiffre est passé à 20 000 personnes. Il n’est d’ailleurs pas limité aux hommes adultes. Ce sont en effet,  23 % de femmes et 5 % de mineurs qui sont concernés. Les plans d’actions entrepris par l’État ont ainsi ciblé la réduction de cette prolifération des menaces terroristes.

Ces mesures ont permis d’enrayer plusieurs attaques terroristes sur le territoire national. Depuis mai 2016, les forces de l’ordre ont recensé un certain nombre d’attaques visant des personnels en tenues. Neuf d’entre elles ont échoué et douze ont été déjoués. Des mesures sont également prévues auprès des Français. Cela inclut notamment des formations pour gérer les alertes en cas de menace terroriste.

Formation à la prévention d’attentat terroriste

Parallèlement aux mesures juridiques, humaines et stratégiques établies par l’État, des formations sont également mises en place. Celles-ci visent principalement à apprendre à chacun les meilleures actions préventives en cas d’attaques ou de menaces terroristes. À l’issue de ces formations, les participants seront aptes à identifier l’environnement du risque et ses modes de fonctionnement. Cela permettra de se préparer mentalement et physiquement à la menace pour se sentir mieux protégé. Ces formations permettent également d’apprendre aux participants à mieux canaliser les craintes et face aux dangers les plus alarmants.

Ces formations s’adressent principalement aux CHSCT, chefs d’entreprises, managers et cadres supérieurs, chargées de sécurité et aux salariés d’entreprises. Durant la formation, les stagiaires sont amenés à mieux comprendre les menaces pour anticiper les risques d’attentats ou actes terroristes. Mais ils apprendront également à réagir avec efficacité en identifiant entre autres les bons réflexes à adopter.

Les méthodes pédagogiques pour ces formations incluent des ateliers de partage d’expérience ainsi que des formations théoriques et pratiques. Des ateliers seront également préparés pour mettre les stagiaires face à des situations de confrontations. Ces ateliers pratiques permettront principalement d’acquérir les meilleurs réflexes comportementaux à avoir face aux menaces ou éventuels attentats terroristes.

Être prêt en cas d'attaque terroriste - Medisafe

Sources : gouvernement.fr, lci.fr, lexpress.fr, cnfce.com, sikana.tv, pyschologies.com

Crédit photo : gouvernement.fr
#attaque #terroriste #trousse #secours #medisafe

Retour haut de page