5 à 6 litres de sang circulent dans notre organisme à travers les artères, les veines et les capillaires. Il apporte les éléments nutritifs dont notre corps a besoin pour fonctionner correctement. Le sang apporte également de l’oxygène, et sert de système d’évacuation de déchets provenant des divers organes. Une hémorragie peut alors rapidement dégénérer tout le fonctionnement normal de notre organisme.

hemorragie

Qu’est-ce que c’est ?

Une hémorragie consiste en la rupture d’un des vaisseaux sanguins. Ceci provoque l’écoulement sans cesse du sang à l’intérieur du corps ou vers l’extérieur. Lorsque le saignement a lieu à l’intérieur de l’organisme, il n’est pas visible à l’œil nu, et est appelé hémorragie interne. Si la perte de sang passe à travers une ou plusieurs blessures, l’on parle d’hémorragie externe.

Il existe trois catégories, selon le vaisseau sanguin atteint :

  • l’hémorragie artérielle pour une artère,
  • l’hémorragie capillaire pour les capillaires
  • et la veineuse pour une veine.

Les hémorragies capillaires consistent en un saignement de faible intensité et ne sont pas très graves. A contrario, les hémorragies artérielles et veineuses sont considérées comme des hémorragies abondantes. Ceci car une grande quantité de sang peut être perdue en un laps de temps très court. Ce dernier type est très grave, et nécessite l’intervention rapide d’un professionnel médical, puisque la perte d’environ un litre de sang peut être fatale pour une personne adulte.

Quels sont les symptômes ?

Dans le cas d’une hémorragie externe, les symptômes sont évidemment la perte de sang, laquelle se reconnaît à l’écoulement de sang rouge vermeil qui gicle par saccades dans le cas d’une hémorragie artérielle ; Du sang rouge sombre qui s’écoule en nappe dans le cas d’une hémorragie veineuse. Un un saignement faible dans le cas d’une hémorragie capillaire.

Dans le cas d’une hémorragie interne, d’autres symptômes devraient alarmer :

  • une douleur interne,
  • une accélération du pouls et une respiration rapide,
  • des vertiges,
  • de la confusion,
  • des sueurs froides,
  • des étourdissements,
  • de la faiblesse générale,
  • la pâleur du teint
  • ou encore la moiteur de la peau.

Comment la traiter ?

En cas d’hémorragie externe, le sauveteur doit rapidement allonger la personne, en faisant en sorte que la tête se trouve à un niveau un peu plus bas que le corps, dans le but de faciliter l’irrigation du sang vers le cerveau. En cas de plaies graves au thorax, provoquant ainsi une gêne respiratoire, il faut mettre la victime en position demi-assise.

Par la suite, il s’agit de réaliser les premiers gestes de secours pour l’arrêter : appliquer une compression manuelle directement sur la source de l’hémorragie en attendant l’arrivée des secours ; et, si le sang continue de couler, appliquer une compression à distance, un peu plus éloignée de l’endroit qui saigne. Quelques produits sont aujourd’hui disponibles pour aider le sauveteur dans sa tentative d’arrêter l’hémorragie, il s’agit notamment du pansement compressif à bague ; du kit hémorragie 4BC, du coussin hémostatique, ou encore du Chest Seal. Il est également conseillé d’utiliser des gels résistants pour accélérer la coagulation du sang, comme le Celox. Afin d’éviter la pénétration de corps étranger dans l’organisme à travers la blessure, il est fortement recommandé de se servir d’une paire de gants jetables.

Si elle ne s’arrête toujours pas , il faut poser un garrot. Ensuite, alerter rapidement les secours en appelant le SAMU.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour haut de page