Les conditions dans lesquelles une personne est transportée d’urgence vers un lieu de soins doivent être optimales. Le recours aux ambulances permet de limiter les risques pouvant dégrader son état durant le trajet. Chaque véhicule doit ainsi être doté d’un certain nombre de matériels médicaux afin de faire face à différentes situations. Des appareils d’assistance respiratoire au défibrillateur, en passant par les gazes ainsi que des solutions désinfectantes, voici un guide qui répertorie les équipements obligatoires des ambulances.

ambulance

Quelques notions autour de l’ambulance

L’ambulance est un véhicule adapté spécialement pour le transport sanitaire terrestre d’une personne, bébé, enfant ou adulte, et qui nécessite un accompagnement ou un soin intensif d’urgence. Il existe trois catégories d’ambulance, dont :

  • les ASSU, ou ambulances de secours et de soins d’urgence, de catégorie A, types A et B, sont des véhicules d’intérêt général prioritaires, comme celles du SAMU ou d’entreprises privées ;
  • l’ambulance de catégorie A, type C (UMH ou unité mobile hospitalière), comme le VSAV à Strasbourg ou le VPS de la Croix-Rouge ;
  • les ambulances de catégories C et D, communément appelées VSL (véhicule sanitaire léger), différenciées par leurs tailles ainsi que leurs équipements.

Les ambulances de catégorie A disposent d’un gabarit plus important, et sont donc dotées de matériels de secours plus conséquents. Celles des catégories C et D sont plutôt de taille inférieure, et avec moins d’équipements à bord. La grande différence entre ces véhicules demeure dans la configuration allongée ou en position demi-assise du transport de la personne.

Pourquoi faire appel à une ambulance ?

Plusieurs aménagements ont été apportés à l’intérieur d’une ambulance afin de procurer les premiers soins et surveiller l’état des patients jusqu’à leur prise en charge auprès des centres de soins professionnels les plus proches. Compte tenu de la nature des prestations, le transport en ambulance bénéficie de la présence d’au moins deux membres d’équipage. D’un côté, ils sont nécessaires, ensemble, pour le brancardage et le portage et, de l’autre côté, l’un est destiné à conduire le véhicule et l’autre à surveiller le patient en permanence.

Le recours à l’ambulance est défini par une convention nationale qui lie chaque entreprise avec l’assurance maladie. Parmi les prestations fournies par l’ambulance et son équipage figurent :

  • la mise à disposition du véhicule ainsi que l’utilisation de son équipement médical ;
  • la prise en charge d’urgence de la personne sur le lieu où elle se trouve ;
  • le brancardage ainsi que le portage de la personne, au départ ainsi qu’à l’arrivée jusqu’au centre de soins ;
  • l’assistance médicale ainsi que le suivi fournis par les membres d’équipage durant le transport.

Les matériels obligatoires pour équiper les ambulances

L’arrêté du 12 décembre 2017 fixe les caractéristiques et les installations matérielles requises pour les véhicules apprêtés aux transports sanitaires terrestres. Il s’agit des équipements communs aux trois catégories d’ambulance, différentes en volume, en poids ou en coût. Ils peuvent être constitués et entretenus sans difficulté majeure par les membres d’équipage.

La présence de ces équipements obligatoires permet avant tout de sauver de nombreuses vies, en situation de détresse ou nécessitant une intervention médicale d’urgence. Ce sont :

ambulance

Les cas particuliers

Ces véhicules peuvent également effectuer le transport de nourrissons et de nouveau-nés. Ils doivent donc être équipés de matériels particuliers (conformément à la législation) :

Les matériels optionnels pour une ambulance

En dehors des matériels obligatoires, d’autres équipements sont optionnels pour accompagner l’ambulance :

Le truc en plus

La présence de ces matériels doit permettre aux ambulanciers de pratiquer une réanimation correcte de la victime ou du patient, et ce dès leur arrivée sur les lieux. Leurs interventions permettent la survie du malade en attendant le relais par les professionnels de soins.

Retour haut de page