Aujourd’hui encore, le nombre d’accidents de la route reste assez élevé. En 2018, la sécurité routière a dénombré 267 morts, suite à des cas d’accidents de la route. La somnolence au volant fait partie des causes de ces accidents. En hiver, le corps tend facilement à réagir au froid, ce qui entraîne rapidement un sentiment de fatigue et une envie de somnoler. Avec le froid, le corps se fatigue facilement. Le stock d’énergie est pompé par l’organisme d’une part pour se réchauffer et, d’autre part, pour lutter contre les virus. Pourtant, il est plus qu’important de rester éveillé quand on est au volant. 

voiture-nuit

Prêtez attention aux signes de fatigue

Un conducteur fatigué, et surtout qui somnole, aura du mal à rester concentré et, plus encore, à rester éveillé. Pourtant, les réflexes ne sont plus les mêmes, et l’attention baisse dangereusement. Conduire une voiture dans un tel état met en danger à la fois le conducteur et ses passagers, mais aussi les autres usagers de la route et les piétons. Il faut savoir que la somnolence au volant est la première cause de mortalité sur les autoroutes. 

Aussi, il est plus qu’important de prendre des précautions quand les premiers signes de fatigue apparaissent : 

  • Picotement dans les yeux, 
  • Paupières lourdes ou clignotantes constamment, 
  • Difficulté à se concentrer sur la conduite, 
  • Douleur ou raideur de la nuque et des épaules, 
  • Bâillements répétés et engourdissement…

Comment éviter la fatigue au volant ? 

S’il vous faut conduire pendant plusieurs heures, la meilleure chose à faire serait de partir en étant bien reposé. Pensez à bien dormir et à bien vous reposer avant de prendre la route pour les vacances ou pour un long trajet. Il sera plus préférable de ne prendre la route qu’après une bonne nuit de sommeil. De même, évitez d’être fatigué au volant. Si vous avez besoin de rouler sans vous arrêter, penser à trouver une personne qui vous relayera au volant pendant que vous ferez une petite pause. Il est plus sécuritaire de faire de petites pauses toutes les deux heures. Même des microsiestes de 15 min peuvent suffire pour récupérer. 

sieste pour éviter les accidents de la route

Il faut aussi savoir que la somnolence peut parfois être les effets de certaines pratiques qui devraient être bannies lorsqu’on conduit : 

  • La première est la prise de médicament : certes, en France la majorité des médicaments qui présentent des risques sont signalés. Il s’agit de plus d’un tiers des médicaments, qui ont déjà sur les boites un pictogramme indiquant leur dangerosité potentielle en matière de conduite. Toutefois, il reste préférable de ne jamais prendre le volant si vous êtes sous traitement médicamenteux. 
  • La seconde est de rouler plus vite pour rester éveillé : qui, en réalité, n’est pas vrai. Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, rouler plus vite nous fatigue encore plus. Pour une personne qui conduit à grande vitesse, le cerveau doit assimiler plusieurs informations en un minimum de temps. Les yeux doivent également rester plus ouverts et plus fixés sur la route, ce qui finira par fatiguer le cerveau et les yeux. 
système resqme

Essayez les solutions technologiques pour rester éveillé 

Actuellement, à l’ère où presque tout est assisté électroniquement, il existe également des solutions pour éviter la somnolence au volant. Certaines voitures sont déjà équipées de cette technologie. 

C’est le cas, par exemple, des caméras minuscules placées dans le rétroviseur central de la voiture, et qui filment la route en permanence. Cette caméra agit pour lire les panneaux de signalisation et, dès qu’il y a une anomalie, elle envoie un signal à l’ordinateur central du véhicule pour ramener le volant, faire vibrer le volant fortement, déclencher une alerte sonore et visuelle… Pour d’autres voitures, un détecteur est placé plutôt sur le tableau de bord pour scruter le visage du conducteur. Dès que son visage change ou que le détecteur affiche un signe de somnolence, une alarme retentit directement. 

Mais, si vous n’avez pas les moyens de vous offrir ces types de véhicules, l’alarme anti-somnolence au volant est plus pratique. Il s’agit d’un petit détecteur de somnolence qui s’accroche sur l’oreille. Ce petit appareil détecte et analyse les mouvements de la tête du conducteur. Aussi, dès qu’il y a une inclinaison inhabituelle de la tête, ce qui arrive dans les cas de somnolence, l’appareil déclenche une alarme.

Retour haut de page